Quelques éléments sur l’histoire de notre village

Grainville sur Odon au fil des siècles

Grainville sur Odon existe en tant que commune depuis le décret révolutionnaire du 12 novembre 1789. Auparavant, les terres appartenaient à la Seigneurie de Grainville, propriété de la famille De Lacourt. Charles de Lacourt Grainville fut d'ailleurs maire de la commune.

Les plus vieux édifices communaux sont l'église, située au cœur du bourg, construite aux XIIIème et XIVème siècles, et le château de Belval, situé au nord de la commune en direction de Cheux, datant quant à lui des XVIIème et XVIIIème siècles.

Le clocher et le choeur de l'église sont classés à l'inventaire des monuments historiques depuis 1910.

sap01_mh018421_p

Choeur de l'église (source : base Mérimée, Ministère en charge de la culture)

 

L'actuelle route départementale n° 675, qui permet d'accéder de Missy à Mondrainville, est depuis longtemps l'axe structurant de la commune dans la mesure où elle sépare le bourg des hameaux situés au sud. Auparavant route nationale (n° 175), elle a incontestablement contribué au développement de la commune, notamment au niveau du Valtru. Construite dans les années 1820, la route permit aux Caennais de rallier le littoral du sud-Manche, le Mont Saint Michel et Saint Malo (d'où son surnom de Route de Bretagne). Grainville y représentait alors une halte intéressante à mi-distance entre Caen et Villers-Bocage, alors prisée pour son marché aux bestiaux.

 

Le calvaire situé au carrefour des rues de Fribourg et de Carrouges fut érigé en 1935. Ses abords ont été réaménagés à l'occasion de ma mise en place du rond-point.

Le Calvaire en 1959

 

L'école Saint Pie X fut ouverte le 28 octobre 1869 dans la bâtisse construite 40 ans plus tôt par la famille Delacourt Grainville (descendants des anciens seigneurs de Grainville), suite au leg testamentaire de Mlle Cécile Delacourt Grainville à la communauté religieuse du Saint Coeur de Marie. Initalement réservée aux jeunes filles, l'école fut rendue mixte en 1943.

 

Le bâtiment ayant été totalement détruit par les bombardements en juin 1944, l'éducation se poursuivit dans des locaux provisoires ; l'école ne sera reconstruite qu'à partir de 1954 et inaugurée en septembre 1958. C'est à cette occasion qu'elle fut baptisée du nom du deux-cent-cinquante-septième pape catholique.

L'Ecole Saint-Pie X en 1959

L'école Saint Pie X à sa réouverture en 1958

 

La statue de Notre Dame du Sacré Coeur a été installée en 1870, pour signifier l'entrée de l'école et permettre aux écoliers d'alors de s'y recueillir. Initialement située au milieu du terre-plein central face au lavoir, elle fut déplacée devant la Maison des Associations en 1980. Cette dernière, construite en 1906, a tenu lieu de mairie jusqu'à l'inauguration de l'actuelle siège communal en 1981.

Place de la mairie en 1959

L'ancienne mairie et la statue ND du Sacré Coeur en 1959.

 

Le 22 août 1886, la voie de chemin de fer Caen – Vire est inaugurée dans sa portion Caen – Saint Georges d'Aunay. Située en lieu et place de l'actuelle autoroute A84, elle vient isoler les hameaux de Salbey et Belval, au nord, du reste de la commune.

La commune n'est alors pas desservie par une gare mais les Grainvillais peuvent aisément emprunter ce nouveau moyen de locomotion depuis la gare de Mondrainville. Malheureusement, le transport de voyageurs sur cette ligne ferroviaire cessera le 1er mars 1938. Le frêt sera poursuivi jusqu'en avril 1972 et la ligne sera définitivement déclassée en 1975.

Grainville 1947

Vue aérienne du bourg de Grainville en 1947 (crédits : Géoportail)

[cliquez sur l'image pour l'afficher en taille réelle]

 

Grainville pendant la seconde Guerre Mondiale

 

En 1940, l'école (future Saint Pie X) sert d'abri pendant plusieurs mois à des réfugiés et notamment à des orphelines de l'Ouvroir Notre Dame de Caen et leurs maîtresses.

Sous l'Occupation, l'école est ouverte aux garçons et compte alors une cinquantaine d'élèves. Dès mi-juin 1944, à l'approche des combats, tous les Grainvillais sont contraints d'évacuer le village.

La libération de Grainville sur Odon en 1944 s'inscrit dans le cadre de l'opération « Epsom » menée par les troupes britanniques et canadiennes afin de percer le front allemand en contournant Caen par l'ouest. Les Alliés comptent notamment s'emparer des 3 ponts stratégiques sur l'Odon pour in fine libérer la capitale régionale. En effet, du fait de sa topographie encaissée, la rivière Odon ne peut être traversée par les engins que par le pont de Méhaye (qui relie Grainville à Gavrus), le pont Neuf (limite entre Mondrainville et Gavrus au cœur du Bois des Amis de Jean Bosco) et le pont de Tailleboscq (qui relie Tourville à Baron sur Odon).

L'opération est lancée le 25 juin 1944 par le général Montgomery, avec un contingent de 60 000 soldats et 600 chars. Dès le lendemain, les alliés sont à hauteur de Fontenay le Pesnel. Les troupes canadiennes progressent à bonne vitesse vers Saint Manvieu-Norrey et la XVème division d'infanterie écossaise libère Cheux, où se déroulent de nombreux combats. Au soir du 26 juin, les soldats alliés ont repoussé le front allemand à hauteur de la Route de Bretagne, où les combats se concentrent les jours suivants.

Plus à l'ouest, la progression est plus difficile ; d'âpres échanges ont lieu le 26 juin au village voisin de Rauray, à proximité immédiate des lieux-dits grainvillais de Belval et Salbey.

Très brièvement, une zone de contrôle sanitaire est installée dans l'école et sa directrice d'alors sera la dernière habitante à quitter Grainville, le 29 juin.

Plusieurs bombardements seront menés sur la commune : l'école sera entièrement détruite le 29 juin après-midi et l'église et le château de Grainville seront également touchés.

Les combats s'estompent après le 29 juin et la prise par les Alliés des 2 ponts sur l'Odon permettant de rallier Gavrus. Le village ne retrouvera pas pour autant un calme immédiat puisque les combats se poursuivront au sud de l'Odon jusqu'au 16 juillet 1944 (date de la libération de Gavrus).

Les vestiges de ce passé douloureux refont parfois surface, comme au début des années 2000, lorsque les corps de 2 soldats allemands furent retrouvés dans le virage nord de la rue des Trois Buttes, ou comme en juin 2012, lorsqu'un obus fut découvert à proximité de l'aire de loisirs.

 

L'évolution de Grainville ces 50 dernières années

A l'instar de nombreuses communes françaises, ces 50 dernières années ont profondément modifié le paysage grainvillais.

Au milieu des années 1970, Grainville s'équipe de son château d'eau. Ce nouveau point haut devient alors un point de repère paysager visible depuis les points hauts des alentours (Cheux, "cote 112" entre Evrecy et Gavrus, etc.).

Grainville 1977

Vue aérienne du bourg de Grainville en 1947 (crédits : Géoportail)

[cliquez sur l'image pour l'afficher en taille réelle]

 

- Le couloir de lignes de transport électrique

Depuis la construction de la voie ferrée, Grainville est « séparée » en 3 parties : à l'extrême nord, les hameaux de Salbey et Belval, isolés du centre bourg par la voie de chemin de fer Caen-Vire, et l'ensemble des terres et habitations situées au sud de la Route de Bretagne.

Si les Grainvillais ont pu accéder à l'électricité en 1929, ce n'est que depuis les années 1960 que le territoire communal accueille des ouvrages de transport électrique permettant l'alimentation du département et du grand ouest. A cette époque est en effet érigée la ligne électrique reliant Caen à Saint Lô. Cette ligne est toujours en service actuellement et permet les transits d'électricité à 90 000 volts entre les postes d'Ifs et de Villers-Bocage, Grainville étant toujours principalement alimenté par ce dernier. L'ouvrage a été construit selon un axe est-ouest ; il traverse la Route de Bretagne à hauteur de son intersection avec le chemin Cayer puis passe en surplomb à proximité des hameaux de l'Escalier et du Jardin Boulard.

En 1983, une deuxième ligne de transport électrique, cette fois-ci à 400 000 volts, est construite dans le prolongement de la construction de la centrale de Flamanville (Manche). Sur le territoire communal, cette ligne vient s'appuyer sur le couloir électrique existant, notamment pour la traversée de la route de Bretagne, avant de bifurquer vers l'extrême sud de la commune.

 

- De nouvelles infrastructures routières permettant un essor démographique

Au début des années 1980, les autorités décident de dévier la RN175 entre Bretteville sur Odon et Grainville afin d'éviter la traversée de Verson, Mouen et Tourville. Le tracé emprunté s'appuie sur l'ancienne voie de chemin de fer et un nouvel axe est aménagé à la limite de Grainville et Mondrainville pour raccorder la déviation à la RN 175 « historique » : c'est ainsi qu'est créée la RD675a, qui permet aujourd'hui d'accéder à l'échangeur autoroutier n° 47.

L'aménagement de cette voie rapide « Caen-Grainville », conjugué à la construction des lôtissements des Marronniers/Sorbiers, des Marettes, des Hauts Vents et du Clos Vert, permet l'installation de nombreux nouveaux Grainvillais. Entre 1975 et 1982, la population grainvillaise bondit de 140%, passant de 281 à 674 habitants. C'est à cette époque qu'est créée la Confrérie des Charretiers de l'Odon, qui perpétuera pendant plusieurs années la tradition des chevaux attelés sous un aspect folklorique. La réputation de cette confrérie dépassera largement les limites communales, sous la houlette de Roger Lasseron.

En 1987, la voie rapide « Caen-Grainville » est aménagée en 2×2 voies. Puis, en 1991, elle est prolongée jusqu'à Parfouru sur Odon, toujours selon le tracé de l'ancienne voie ferrée. Deux modifications importantes sont alors réalisées dans Grainville :

  • la route départementale n° 139 reliant Grainville à Fontenay le Pesnel, est déviée afin de contourner le hameau de Salbey, au nord de la commune. Depuis lors, le hameau n'est plus accessible par la rue des Trois Buttes.

  • la RD 170, chemin historique menant de Grainville à Cheux et au château de Belval (aujourd'hui voie sans issue menant au nouveau cimetière) est condamnée et recréée au nord, depuis la RD n°139 menant à Fontenay le Pesnel.

La voie rapide devient l'autoroute A84 en 1999, sans profondes modifications à Grainville.

Grainville 1988

Vue aérienne du bourg de Grainville en 1988 (crédits : Géoportail)

[cliquez sur l'image pour l'afficher en taille réelle]

Les aménagements routiers des années 1980 et 1990, l'ouverture dans les années 1990 de l'école publique et la construction des lôtissements du Noroit (en 1995), du Clos Carrouge et de la rue Franz Schubert (en 1998-1999), entraînent une nouvelle augmentation du nombre de grainvillais, qui avoisine les 1000 âmes à l'aube du troisième millénaire.

Malheureusement, l'arrivée de ces nouveaux habitants n'a pas permis d'éviter la fermeture de l'épicerie et du café du village, concurrencés dans les années 1980 par de nouveaux modes de consommation (grandes surfaces, etc.).

Parallèlement à l'accroissement de la population, la commune se dote de nouvelles infrastructures : salle de la XVème division écossaise, maison de retraite (1995), aire de loisirs (2003), nouveaux bâtiments de l'école publique.

Plus récemment, la commune a été raccordée au réseau de distribution de gaz naturel (2010-2011). Enfin, l'aménagement du lôtissement des Grandes Terres (2012-2013) permet un renouvellement générationnel de la population et une augmentarion limitée du nombre d'habitants, qui stagnait depuis le début des années 2000.

 

NB : les éléments rédigés ci-dessus sont le fruit des recherches d'un "jeune" grainvillais, arrivé en Normandie en 2009. Ils ne demandent qu'à être enrichis par vos connaissances. Pour cela, rapprochez-vous de la mairie.